samedi 23 juin 2012

#Madagascar #Indépendance



Nous sommes au mois de juin. A Madagascar, le mois de juin est considéré comme mois de l’enfance, et c’est le 26 juin également que le pays commémore son indépendance qui est à son 52ème anniversaire actuellement. 

Dès le début du mois de juin, les ménages consacrent un budget spécial un peu colossal pour satisfaire au mieux leurs familles, car plusieurs fêtes sont  tombées au mois de juin, commencée par la fête des mères, suivie  par celle de la fête des pères qui est moins célébrée, et clôturée par la fête nationale, la plus animée et la plus glorifiée par diverses manières comme d’habitude. 
[ Les dépenses sont plus allégées pour les travailleurs bénéficiant d'une  prime de fête à l’occasion de la fête nationale (même minime soit-elle) de la part de leurs employeurs. Malheureusement, il y a des entreprises qui non seulement ne pensent pas à offrir une moindre récompense à ses employés  mais également les font travailler le jour du 26 juin. Ne vous méprenez pas monsieur les DG, je sais bien que vous n’êtes pas obligés de satisfaire aux besoins des salariés mais ceux-ci ont quand même le droit de passer une bonne fête en famille, de plus que c’est leur fête nationale, vous savez quoi, offrir une « bouteille d’huile et un kilo de riz » aux travailleurs c’est déjà bien, les travailleurs savent  apprécier et comprendre. Désolée, un peu hors-sujet ;-) ]


 (au moins une bouteille d'huile et un sachet de riz pour alléger les dépenses des salariés)

A l’approche de la fête de l’indépendance, les petits et jeunes garçons adorent faire exploser les pétards ou "tsipoapoaka" en malgache, l'explosion d'un pétard  ne fait pas souvent plaisir aux grands et plus particulièrement aux plus âgés. Il est à rappeler que faire exploser un pétard dans les lieux publics (écoles, hôpitaux, etc…) est interdit par raison d'ordre public, pour la tranquillité et la sécurité publique. 
Quant aux petites filles : c’est faire du « tsikonokonina » qui leur plaîsent beaucoup. Alors, chères mamans, allons acheter une petite marmite et un petit réchaud « vilany kely et fatapera kely » pour notre fillette pour qu’elle s'initie déjà à l'art culinaire ;-) Les ballonnes font également la joie des enfants.


(Tsipoapoaka, facile à fabriquer pour les garçons, Sary: mammysou)
(Tsikonokonina pour les petites filles. Sary: mammysou)

Dès le début du mois du juin, les lampions (arendrina) abondent les marchés. Il est coutume pour les malgaches plus particulièrement les enfants de porter des lampions vers la fin de la journée du 25 et 26 juin pour symboliser l’indépendance et pour éclairer la route, d’après les ancêtres, on porte les lampions pour chasser les mauvais esprits . Comme à l'accoutumée, la soirée du 25 juin se termine par un beau feu d'artifice, de quoi enchanter les grands et petits, les feux d’artifice de ce 25 juin 2012 débutent à partir de 19h:00 à Anosy, cela est devenue coutume à la veille de la journée de l’indépendance. 


(Les lampions abondent les marchés. Sary: mammysou)
( feu d'artifice. Sary: Mammysou)

Les lampions existent en diverses modèles avec des  prix différents selon la qualité ou la forme. Dans les marchés comme Behoririka, ce sont surtout les arendrina "made in China" qui occupent les marchés avec des prix plus ou moins chers, les enfants sont les plus attirés par ces lanternes chinoises. Mais beaucoup de parents comme moi préfèrent les lanternes typiquement malgache, car c’est la fête nationale malgache ;). Souvenez vous aussi du jiro kapoaka à la place des lampions pour les petits garçons il y a très longtemps, mais le jiro kapoaka est encore utilisé à la campagne.

 (des lampions malgaches de couleurs et de formes variées. Sary: mammysou)

(des lanternes chinoises qui ne durent vraiment pas longtemps. Sary: mammysou)

A l’approche du 26 juin, les volailles se vendent aussi bien, les poulets sont les moins chers, le prix de l’unité se situe entre 8000Ar à 12000Ar, tandis que le prix des oies et dindes varient entre 15000Ar à 50000Ar selon ses poids.

(des poulets et dindes à vendre aux marchés de quoi se régaler le 26 juin. Sary: mammysou)

Pour cette année 2012, à l’occasion de la fête nationale, la présidence de la transition a organisé un Podium à Anosy, diverses spectacles sont prévues pendant plus d’une semaine depuis le 18 juin,  ceci d’après les organisateurs afin de permettre aux Tananariviens de se défouler, de faire la fête. L’organisation de ce podium  ne fait pas l’unanimité au sein de l’opinion publique, ceux qui sont contre disent que cela ne fait qu’aggraver et entraîner le désordre, la saleté, l’insécurité, l’anarchie totale règne, ils ont avancé qu’avec la crise actuelle, ce n’est pas la peine de dépenser autant, tandis que ceux qui soutiennent l’organisation de ce podium affirment que les gens ont besoin de se défouler, de faire la fête car ras le bol de la crise. Moi personnellement,  au lieu de gaspiller autant, pourquoi ne pas opter pour une organisation d’autres activités qui peuvent entraîner le développement, ou d’autres activités qui soulagent la misère de la population.  
L'organisation d'une fête de l'indépendance ne se limite pas seulement dans la ville urbaine, mais bien sur chaque commune suburbaine et rurale; les régions ont aussi leur manière d'organiser une fête, par exemple, dans la commune de Sabotsy Namehana, c'est Lianah qui va réchauffer  Sab-nam le 25 juin.




(Installation de l'estrade au marché de Sabotsy Namehana. Sary: mammysou)

Comme tant d’autres pays, une tradition marquant la fête nationale figure la levée des drapeaux à l’extérieur de chaque maison, les rues de la capitale sont aussi arborées des drapeaux et des décorations diverses comme les lampions et ballonnes, de même pour certaines entreprises, les salles de classe ne sont pas en reste pour divertir les élèves. Des Twitterers et Facebookers remplacent leur photo de profil par le drapeau national.
Mais depuis le coup d’Etat de 2009, la levée des drapeaux soulèvent des discussions au sein de l’opinion publique, les opposants et ses partisans décidaient de ne pas ériger un drapeau en signe de désapprobation au régime de transition. Malgré la forte sensibilisation médiatique effectuée par la transition sur la nécessité d’ériger un drapeau, on a pu remarquer jusqu’aujourd’hui que plusieurs foyers restent réticents ou refusent  de déployer un drapeau. En fait, tout est conscience et choix de chacun.




(Les drapeaux sont presque rares dans les marchés de peur de ne pas les écouler. Sary: mammysou)

Il est aussi coutume d’organiser un défilé militaire le matin de la journée du 26 juin, chacun a sa manière de célébrer la fête, les uns choisissent de venir en famille à Mahamasina pour assister au défilé, les autres préfèrent rester en famille à la maison pour seulement suivre en direct à la TV le défilé, et manger ensemble après.
(la stade de Mahamasina où le défilé aura lieu le matin du 26 juin. Sary: mammysou)


(Les militaires vont participer au defilé. Sary: mammysou)

Pendant la fête de l’indépendance, les familles défavorisées ne sont pas oubliées, certaines associations et familles généreuses pensent à eux en leur octroyant des aides sous formes des produits alimentaires ou par la distribution des lampions et des jouets.


(une dame avec ses 2 enfants, en train de mendier dans la rue. Sary: mammysou) 

Avant de terminer, beaucoup se demandent si le pays est vraiment indépendant étant donné la pauvreté profonde endurée par la population malgache, et les aides extérieurs que nous espérons toujours recevoir. Aucuns des régimes successifs n’ont jamais pu arriver  à rendre la vie des malgaches meilleur plus qu’ils en méritent jusqu’à maintenant, la situation ne fait que s’empirer depuis la crise 2009. L’existence des richesses naturelles semble être destinée à une poignée de politiciens. Notre pays reste toujours le centre de conflit d’intérêts de certains pays riches, la résolution de la crise actuelle est entre les mains de la sadc et la communauté internationale ? Bref,  Madagascar trouvera t-il un jour sa véritable place qu’il mérite, pour ne plus dépendre des aides venant des pays riches? Souhaitant que Madagascar soit délivré de l'exploitation, de l'escroquerie, des manoeuvres de certains pays riches, pour qu'il soit réellement fier de son indépendance!!!!

Cliquer içi pour connaître l’histoire de ’indépendance de Madagascar

Je souhaite déjà à tous de passer une très bonne fête d’indépendance en famille, entre amies, … que chacun puisse trouver la joie et la paix avec Dieu !!    

Une chanson pour terminer:






jeudi 14 juin 2012

GlobalVoices Summit 2012


     The Malagasy language of Madagascar is among languages we can read at GlobalVoices OnlineGlobal Voices is a media online in which a community of bloggers (volunteer authors, editors, translators,...) around the world work together to bring us information and stories across the globe, from blogs and citizen media everywhere, those international team emphasis on voices that are not ordinarily heard in international mainstream media. Another GV's mission is to "give voice to the underrepresented". GlobalVoices's slogan is "The word is talking, Are you listening?"

                    


Global Voices will held a summit in Nairobi, Kenya on 29 June to July 4, 2012. The Global Voices Summit 2012 invites everyone involved in citizen media like bloggers, activists and technlologists, scholars for public discussions and workshops concerning the rise of online citizen media movements worlwide, in a public gathering. The main conference theme is “The Global Rise of Online Citizen Media.” It's to examine how social media has become such a powerful tool for change around the world. What are the new opportunities, and where will we go next? and how the internet can be a great tool for advocacy. More information about Preliminary Summit Program Now Online is available.



It will be an event which every summiter will talk and discuss about the issues of citizen media or media online. There will also be a private gathering of Global Voices contributors preceeding the Summit (June 29, 2012 to July 1st, 2012). During that internal meetings, authors, translators and contributors of Global Voices will discuss about many topics like online tools, strategies for objective translation, blogger safety and so on, the goal is to improve and promote the use of online tool and to view GlobalVoice’s future.

It ‘s worth to remind that during the last Global Voices Summit in Santiago, Chile on May 2010, it was 2 years ago, Madagascar was represented by 3 bloggers (Jentilisa and Avylavitra, both editors of GlobalVoices and Candy, a GV translator). For this outcoming summit in Kenya, Madagascar will have 2 representatives: Mamisoa "me",  a translator at GlobalVoices and again Jentilisa to attend the summit. We will cover as well the event through social media.


(Jentilisa, Avylavitra and Candy during GlobalVoices Summit 2010  in Chile)

AS I entered GlobalVoice’s community last year on March 2011, it will be my firt summit and I’m very happy to be part of them who will attend the summit, it will be an opportunity for me not only to meet  all Global Voices' fellows present at the summit but also to take part in the discussion, to express about our commitment in Global Voices Lingua Malagasy and even to learn more from the others. Of course, I won't miss to visit the country with its famous safaris and diverse world-famous wildlife reserves such as National Park. 

As a member of translators in this big well-known media online,  a translation task is not easy at all, it involves a linguistic, it demands passion, more time and good knowledge in both languages english (the original text) and malagasy (text translated)  to ensure consistency of technical terminology, it's like all journalistics posts need to be reliabe (with hight quality content,..), objective and comprehensible. Don't forget to visit GlobalVoices Lingua Malagasy.

                        


I won’t forget to bring us some information  after my trip, certainly with some photo that I’m planning to take during my journey. I ask God to give me a good health to be able attending this summit, so far.

To know more about GlobalVoices, visit here

mardi 5 juin 2012

Protégeons nos forêts pour une économie verte

Comme chaque année, la journée mondiale de l'Environnement (JME) ou (WED) en anglais World Environment Day se célèbre chaque 05 juin, une occasion de sensibiliser et rappeler le monde entier de l'importance de la préservation de notre nature. Il est fort capital de participer dans le processus de la protection de l'environnement tout en prenant notre responsabilité pour le "bien être" de tout le monde avec la nature 

Pour cette année 2012, UNEP a choisi un thème impressionnant  qu' est "l'économie verte" ou "Green economy" en anglais, en vue d'amplifier la valorisation de l'environnement et de susciter plus d'actions écologiques positives possibles à l'échelle mondiale. La protection de l'environnement devient donc un enjeu majeur, en même temps que s'imposait l'idée de sa dégradation à la fois globale et locale. Dans ce blog, je voudrais particulièrement mettre en relief  "la forêt", qui constitue incontestablement parmi les éléments fondamentals de notre vie.  



Depuis des siècles, l'environnement dans notre belle planète ne cesse de se dégrader de jour en jour du fait des activités humaines polluantes et dévastatrices. La superficie forestière diminue chaque année, des milliers d'hectares de forêt ont été et sont toujours la proie des flammes à cause de la fabrication des charbons qui constituent actuellement le principal combustible utilisé pour le chauffage, ou la cuisson, des milliers d'hectares de forêts sont aussi coupés illicitement pour les transformer en meubles ou les utiliser pour des constructions diverses (infrastructures, ...) Souvenons nous que si on coupe les arbres, il y a moins de pluie et les forêts disparaissent.

(Sary: mammysou)

Le savions-nous que la forêt est un milieu de vie,  et c'est par elle qu'on obtient en partie une économie verte? L'économie verte revêt plusieurs notions, à savoir, l'agriculture, le changement climatique, l’élevage, l'exploitation minière, la gestion des ressources rares, ...bref, tout ce qui est en rapport avec la préservation de la biodiversité. C'est donc un ensemble des activités économiques contribuant directement ou indirectement à la protection de l’environnement. Sans forêt, pas d'économie verte. De plus, la forêt fait vivre plusieurs natures comme les animaux, l'homme, l'eau, etc... Elle fait la particularité d'un pays donné. Elle est riche et diverse., par exemple le baobab, qui est une espèce végétale endémique à Madagascar et bien d'autre encore.


(Sary: mammysou)

Malheureusement, la forêt qui constitue un des patrimoines naturels sont menacés de disparition, comme le cas de notre pays (Madagascar)  concernant le trafic de bois de rose, ce dernier est un patrimoine national qui ne peut se régénérer qu'en une centaine d'année, mais qui connaît toujours une exploitation illicite malgré les efforts menés par les ministères du tutelle et les syndicats pour la protection de la forêt. Des mesures doivent être ainsi renforcées soit au niveau national qu'international. Les différentes associations impliquant dans la protection de l'environnement devraient multiplier leurs efforts pour éradiquer l'exploitation illicite de nos ressources naturelles. 


(Sary: mammysou)


Cependant, certaines entreprises ne manquent pas de prendre part à la protection de l’environnement, par le biais du reboisement, le recyclage des déchets, de la promotion de l'emploi verte qui entre dans la participation de l'économie verte. Les établissement scolaires primaires s'engagent également dans l'organisation des classes vertes en initiant déjà aux élèves l'amour de la nature. Les efforts dans ce sens doivent être continuer et encourager.   


[Les entreprises doivent éviter la pollution de l'air (Sary: mammysou)]

      
Il est temps de nous réveiller et de respecter notre environnement, car nous sommes sur le point  de subir les conséquences de nos actes envers notre univers, à l'instar de la crise économique mondiale, la crise financière, le changement climatique, Notre planète ne cesse de se réchauffer, Si nous continuons à brûler notre forêt et à les couper, plus d'arbres ne nous protégerons plus. 


(Sary: mammysou)               

Bref, des solutions existent, elles viennent de moi et de toi, et notamment des acteurs politiques, il faut protéger nos forêts pour assurer le développement et réduire la pauvreté. Encourager l'utilisation de l’énergie renouvelable dont différentes association en ont déjà fait la promotion. Il est temps de stopper la dégradation de la biodiversité (faune et flore) tout en respectant les ressources forestières. Sachant que la préservation de l'environnement aide à la réalisation du développement durable pour pouvoir se prévaloir de l'économie verte. Il est donc conseillé de planter des arbres pour restaurer l'équilibre national fragilisé. Alors impliquons nous immédiatement dans l'économie verte. Ne trouvons nous pas si agréable de vivre dans une nature pleine de forêt, comme le parc national de Ranomafana à Madagascar. N'oubliez pas de visiter ce parc au cas ou vous comptez aller à Fianarantsoa, vous y admirerez la beauté de la nature.     
     
(Sary: mammysou)
               
Pour terminer, je partage avec nous cette adage malgache bien connu "Tanora mamboly hazo, manan-kialofana rehefa lehibe" ou "Jeunes qui plantent des arbres, auront un abri quand ils seront adultes". Sommes nous déterminés à nous concilier avec la nature? j'imagine bien que nous n'hésitions plus parce que nous souhaitions tous un développement durable.. 


dimanche 3 juin 2012

Bonne fête maman


Pour ce jour de fête des mères, c'est un très grand plaisir pour moi de souhaiter bonne fête à toutes les mamans  et futures mamans malgaches. Je nous souhaite tous mes vœux de bonheur et la paix du cœur non seulement pour ce beau jour mais pour tous ceux à venir et que Dieu nous bénisse toujours. C'est notre jour aujourd'hui, soyons en fières, et n'oublions pas de remercier Dieu. Une pensée sincère à toutes les mamans qui sont malades, je nous souhaite un prompt rétablissement et que Dieu nous guérisse.



Maman pour la vie

Une sincère bonne fête aussi pour celles qui n'avaient jamais eu d'enfants ou par nature ne peuvent pas avoir d'enfants, ne nous décourageons pas. Dieu sait ce qui est bon pour nous. Dépendre de la volonté de Dieu, est fondamental, car lui seul connaît et contrôle toutes choses et Il sait ce qui est le meilleur pour nous, pour Lui, rien n'est impossible, ne perdons pas éspoir.

Pour ceux qui ont déjà perdus leurs mamans, je suis de tout cœur avec vous, j'espère bien que votre maman soit toujours dans votre cœur et vous pensez toujours à elle surtout pour cette fête des mères.

« Oh ! L’amour d’une mère ! - amour que nul n’oublie ! (...) Chacun en a sa part, et tous l’ont tout entier !  » de Victor Hugo


A l'approche de la fête des mères, les enfants sont si contents et impatients d'offrir des cadeaux  pour leurs mamans chéries, des cadeaux qu'ils ont achetés avec leurs pères ou ont confectionnés à l'école. Réciter des poèmes pour maman plait beaucoup aussi aux enfants, maman est si émue et a même envie de pleurer en entendant et observant ses enfants récitant à cœur joie des poèmes pour elle. Des poèmes ou l'expression "Je t'aime maman chérie", "tu es le soleil, la plus belle, etc...) est souvent entendu. La fête de mère est aussi marquée par les adultes de tous âges pour honorer leur mère. Bien sur, il est toujours bon de penser à celles qui nous ont donné la vie ou nous ont enfantés.


« Amours de nos mères, à nul autre pareil.  » de Albert Cohen 

Ce jour de fête des mères est également une occasion de comprendre, de reconnaître  la valeur des mères, ces mères qui endurent pleines de choses difficiles dans la vie mais qui ne baissent jamais les bras pour donner satisfaction à leur famille. Malgré leur fatigue, elles continuent de sourire et de donner plaisir à leur famille. Ainsi, les mères ont une importance et une influence considérable dans la société, et notamment vis à vis de leurs enfants. Sans elles, sans nation, si bien que le mot malgache "Firenena" trouve son origine sur "Reny".

« Comme une mère, une ville natale ne se remplace pas.  » de Albert Memmi


Nous les mères, je nous comprends bien, à quel point nous aimons notre famille, à quel point nous nous soucions tellement d'eux, en tant que mère de famille, je sais bien notre souci majeur dans le foyer, je suis bien consciente de notre sacrifice pour notre famille. Soyons courageuses, Dieu est là pour nous soutenir et nous aider. Remercions Dieu de nous avoir donné le statut de maman, être maman, c'est un bon métier, c'est un grand privilège, un grand bonheur de la part de Dieu, notre Créateur, notre Sauveur.



Drôle d'histoire avec ma fille de 9 ans, comme elle était si impatiente de me donner le cadeau qu'elle a confectionné  à l'école, dès le vendredi soir, elle me l'a déjà offert ;), c'était un petit sac en papier avec une lettre d'amour à l'intérieur, puis, elle n'était pas satisfaite que j'ai déjà reçu le cadeau, alors elle m'a dit qu'elle a encore un joli poème à me réciter et une autre chose à m'offrir ce dimanche, le soir même, je l'ai entendu chuchoter à son père! Papa, on va acheter un cadeau pour maman demain (samedi). Je soupire, comme elle m'aime tant ma fille unique, elle fait tout pour me faire plaisir aujourd'hui fête des mères.


(Le cadeau que ma fille a confectionné à l'école)

« Entre toutes les femmes, il n'y a de vrai que notre mère.  » de Maurice Barrès


Une petite souvenir d'enfance pour continuer, je me souviens bien quand nous (nous sommes 6 les enfants de nos parents) étions petites, à chaque fête des mères, notre père nous donnait de l'argent pour acheter des cadeaux à maman, alors, nous sommes partis joyeusement chercher des bons cadeaux pour maman, on avait acheté des fleurs, des décorations de maison, des vêtements, bref, chacun avait ses propres choix...Arrivés à la maison, nous étions si excités et très contents d'emballer les cadeaux, on faisait très attention à ce que maman ne voit pas les cadeaux avant le jour J, et on les a bien caché, on ne cessait également de répéter les poèmes à réciter pour maman. 



Bref, les mamans n'attendent pas des cadeaux de grand valeur, ou quelque chose de corporelle pour leur fête, l'important pour nous "mamans", c'est l'AMOUR, un gros bisou de tout cœur et plein de tendresse nous suffit amplement. Et ce qui plaît surtout aussi aux mamans: c'est la SAGESSE de leurs enfants. Rien ne plait à maman que de voir ses enfants très sages, réussir ses études,...

Pour terminer, des paroles de Dieu que je me ferai un plaisir de nous partager chères mamans:


"Ne vous inquiétez donc point, et ne dites pas: Que mangerons-nous? que boirons-nous? de quoi serons-nous vêtus? Car toutes ces choses, ce sont les païens qui les recherchent. Votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus". Matthieu 6.31/33 

"Lorsque tout va bien, soyons heureux ; lorsque tout va mal, réfléchissons. Dieu envoie le bonheur ou le malheur de façon que nous ne sachions jamais ce qui va arriver." Ecclésiaste 7.14