mardi 26 février 2013

#Madagascar #Cyclone #Haruna : #Tulear underwater

A cyclone is a dangerous natural phenomena often causing loss of life and massive damage. Last week, the South-West part of the island of Madagascar was  severely hit by the cyclone named Haruna, causing a deplorable situation in the affected areas. A situation which  become a national trending topic on the media.

Insufficient action plan
Tropical cyclone Haruna entered the region of Tulear last Friday, February 22 and left the area the next morning. As a consequence, it has caused an unprecedented heavy toll despite actions of mitigation, preparation and prevention (development of measures to reduce the potential damage ...) implemented by the BNGRC (National Disaster Management Office of the region), as well as calls for vigilance launched by the meteorology, and the advices and warnings broadcasted on national radio station to make concerned people aware, and be informed as soon as possible to take all the necessary measures in alleviating the effects. Nevertheless, we can see that the gravity and the extent of the damage both human and material clearly show the  lack or inadequacy action plan, plan emergency evacuation and rescue in time.


Heavy toll
80% across the region was devastated by Haruna, tragic provisional results are 18 dead, 16 disappeared, 81 injured, 22498 stricken, 9965 homeless so far. Not to mention the material damage including houses, public infrastructures such as administrative buildings, schools, gendarmerie's offices which were all destroyed with their roofs blown away. Wishing no bad things, the number of victims and homeless will probably be revised upward in the coming weeks.

Water, power cut, lack of fuel
Tree uprooted, Jirama's poles succumbed to wind burst and the dam of Sakaraha is damaged, causing water and power cut accross the region. But the electricity was slowly restored apart some neighborhoods. Service stations also have difficulties to distribute fuels. Only Shell stations are opened in Toliara.

Flood of immense magnitude
But the most significant effects were the flooding caused by the rupture of the dam Fiherena, so a dozen quarters were completely submerged by water, as well as rice field, houses, streets, schools, .... These floods make difficult the axes and rescue operations, explained the responsibility at the BNGRC. That's why, some people are still stuck on the roof waiting to be saved. Actually, people move around by either swimming or taking a canoe with a little expensive price.

Profiteer
In such case, it is deplorable to see some malicious people to take advantage of the situation by looting the property of their surroundings, and some officials responsible to divert donations. Unfortunately, the misfortune of one is the happiness of others


Relief actions
On relief efforts, everyone and various responsible officials collaborate and work together to provide assistance and support  to the affected population, and to evacuate and supply them with food and first necessity product. BNGRC with the support of local authorities, such as the armed forces and police have been mobilized to provide assistance to the population and securing evacuated areas. For now, the victims are housed in a dozen emergency shelters, as in churches or schools in the nearby region.

Call for solidarity
A call for national and international solidarity has been launched. Some organisations have already answered the call. Like the World Food Programme (WFP) who has begun distributing foods and nutritional foods. National and international NGOs also contribute in their respective fields. Of course, without international help and support, Tulear's deplorable situation will have diffuculty to be restored. 

On the political side
Yesterday, the president of transitional Governement of Madagascar, Andry Rajoelina went on the ground to see firsthand the cyclonic damage, and also to comfort Tulearoise population, by saying that "in adversity, we know our friends" . Of course, he did not come empty-handed because he promised to offer all the cheap rice "vary mora" to the victims and also promised the rehabilitation of the dam Fiherena as soon as possible, a decision considered by the citizens as too late because before, the population of Tulear has already made a complaint about the dam but no satisfactory answer than at this time of disaster. Others political figures too have shown their solidarity and bring help to the cyclone Haruna's victims. An opportunity to make an early presidential propaganda, some people said.

For this purpose also, social networks are providing information before, during and after the cyclone, a Facebook page was created to share timely information about the cyclone, and also on Twitter under the hashtag # cyclone #Haruna #Toliara #Madagascar

In short, to avoid the growth of potential consequences such as famine, malnutrition and epidemics. An approppriate sanitary and  humanitarian measures should be taken immediately to tackle any food crisis or hygiene problems because despite the decrease of the water level, water will surely stagnate and will generate an unpleasant odors of mud and debris which will probably cause diseases such as diarrhea, skin disease. Currently, the urgency is to continue helping, rescuing, relocating and feeding the homeless. Hoping that the situation will quickly be back to normal  and God save them. Courage my dear compatriots, loving you wholeheartedly!

Photos of the cyclone Haruna showing the image of the floods are available on the website of BNGRC







mardi 19 février 2013

Conservation International: lutte contre les efffets du changement climatique

A cause de ses effets néfastes affectant les pays du monde entier (notamment dans le domaine sanitaire, alimentaire, ..)   le changement climatique continue d'être un thème continuellement debattu tant au niveau national qu'international. Les associations et organismes, les résponsables concernés essaient d'apporter leur contribution respective afin d'atténuer les conséquences négatives du changement climatique.

Parmi les organismes qui viennent de faire connaître leur engagements et projets environnementaux représentent la Conservation International Madagascar, une organisme parmi lesquelles ne cesse de s'engager dans la protection de l'environnement, dans la multiplication de la surface des aires protégées, dans la sensibilisation et le renforcement de la capacité des sociétés humaines (spécialement les communautés locales, principaux acteurs de conservation) afin que ces dernières apprécient à sa juste valeur la nature et l'entretiennent de façon durable pour l'intérêt de l'humanité.

Lors d' une conférence de presse organisée par la conservation international au Centre de Presse Malgache, cette organisme a presenté ses engagements actifs dans la lutte contre les effets du changement climatique, en insistant sur le rôle de la forêt et les communautés, ainsi que le maintien des forêts naturelles.

Une occasion pour Jeannicq Randrianarisoa, "Sustainable Finance Manager" au Conservation International d"expliquer que si les communautés comprennent bien l'enjeu du changement climatique et des rôles que peuvent jouer les forêts, si elles connaissent les gestes à faire et possèdent des guides et autres outils pouvant les aider, elles pourront devenir de bons acteurs pour lutter contre la déforestation et la dégradation des forêts et, du coup contre le changement climatique. Et lui d'ajouter que le maintien du couvert forestier et surtout son intégrité est capital pour la lutte contre le changement climatique.

C'est la raison pour laquelle la Conservation International a publié des livres, premiers ouvrages en langue malgache pour faciliter la collaboration avec ses partenaires et des acteurs de conservation et de développement, en particulier les communautés locales et leaders communautaires et d'accroître leur capacité: Parmi ces livres se trouvent:

-Torolalana momba ny vihy sy ny zana-kazo


-Torolalana amin'ny fanarenana atiala:


Ces deux ouvrages se basent sur la restauration des forêts et s'avèrent être d'une grande utilité, notamment en cette période de reboisement.

-Torolalana momba ny tetikasa velontena: 


Ce livre constitue un guide sur les moyens de vie et abordent les bonnes pratiques en matière d'activités génératrices de revenus.

Le dernier et non pas le moindre est le manuel: Fikorontanan'ny toetrandro sy ny anjara asan'ny ala: Ouvrage destiné surtout aux formateurs, qui traite le changement climatique et les rôles des forêts


Par ces ouvrages, Conservation International réitère ses engagements dans la lutte contre les effets du changement climatique, et au maintien des forêts naturelles. Elle cible différents goupes d'acteurs de conservation rééls et potentiels, y comprises les communautés locales, les chercheurs scientifiques, les partenaires techinques, décideurs politiques et même les enfants.

mardi 12 février 2013

#Madagascar : Un ministre épinglé par une journaliste.

Sous condition du respect de la ligne éditoriale et de la déontologie, ou de peur d'être ciblés ou attaqués en justice, beaucoup de journalistes ont peur ou hésitent de répliquer à des propos violents lancés par des politiciens contre eux. Par contre, une journaliste renommée malgache a osé fustiger sévèrement le ministre de la communication  qui a critiqué son émission et l'a qualifié de marchand de légumes. Ce n'est pas la première fois que cette journaliste a l'audace de critiquer ouvertement et publiquement un homme politique, mais elle a également déjà lancé des critiques acerbes à l'endroit même du président de la transition et cela à plusieurs reprises, bref cette journaliste n'hésite pas à rétorquer, à hausser le ton quand elle juge que telle ou telle chose est insupportable et mérite une clarification. La question est de savoir: qu'en est il des autres journalistes? notamment les journalistes de la chaîne nationale qui semblent ne pas avoir le choix que d'obéir aux ordres du régime en place, leur indépendance est entièrement mise en cause, il y a récemment par exemple la non-couverture du passage du PM Omer Beriziky à Antalaha sous l'ordre de ce ministre de la communication. 

A la suite du célèbre émission télévisée "Invité du Zoma" (Invité du Vendredi) présentée par la journaliste Onitiana Realy chaque vendredi sur la chaîne privée TV Plus Madagascar, la dernière émission avec son invité spécial, le président de la transition Andry Rajoelina a été très suivie par beaucoup et a alimenté des sujets de conversations au sein de la population malgache aussi bien "off-line" qu'"online". D'autant plus que ladite émission a été diffusée en direct sur la chaîne nationale malgache TVM à la demande du président de la Hat.


A la fin de l'émission "Invité du Zoma", le ministre de la communication, Harry Laurent Rahajason, alias Rolly Mercia a tout de suite émis ses critiques par rapport à cette émission, en qualifiant la présentatrice et son émission à un marchand de légumes. A part la reproche du fiabilité des sondages publics réalisés par la chaîne privée que le président de la transition a critiqué pendant l'émission, le ministre de la communication a aussi enchaîné en ajoutant que ladite sondage est inutile et non fiable.

Ne voulant pas répondre à cette déclaration hâtive et irréfléchie du ministre, la journaliste Onitiana Realy n'a pas pu s'empêcher de fustiger ce ministre connu par ses paroles parfois vexantes, virulentes et même humiliantes en accentuant que malgré leurs critiques, le sondage va bel et bien continuer tant qu'une agence  totalement indépendante en la matière ne verra le jour, car une telle sondage est un moyen pour la population malgache de s'exprimer surtout à l'approche des élections.  Et en réponse à la qualification de marchand de légumes que le ministre a attribué à l'émission et sa présentatrice, cette dernière a souligné clairement que c'est ce marchand de légumes méprisé par ce ministre qui a plus de valeur morale par rapport à lui qui n'est qu'un déshonneur pour le pays et fait honte au gouvernement. Onitiana Realy a même adressé un message au président de la transition en lui signalant qu'une personne telle que ce ministre lèche-botte détruit la nation et nuit à l'image du président, c'est la raison pour laquelle une élection démocratique reste incontournable. 




Il est à rappeler que c'est pour la énième fois que ce ministre de la communication de la transition parle d'un ton sévère et démesuré, le fait récent était quand il s'est adressé au chargé d'affaire de l'ambassade des États-Unis que celui-ci s'immisce trop dans les affaire internes de l'Etat. Et l'autre était sa réaction au discours de Mamy Rakotoarivelo, président du Congrès de Transition  lors de la présentation de voeux à Iavoloha sur la réouverture des stations audiovisuelles, il traite ce chef d'institution de ne pas maîtriser les textes réglementaires et législatifs et d'ajouter que tant que c'est lui qui est à la tête de la ministère de la communication, aucune station privée n'aura pas l'autorisation d'émettre tant qu'elle ne respecte pas la loi en vigueur. Un caractère que beacoup disent indigne d'un ministre de la communication.

Ainsi, je peux déduire que certes, le silence est d'or, mais quand les choses ne sont plus acceptables, on ne peut plus tolérer. Des fois donc, il est nécessaire de s'exprimer, de hausser le ton, de donner des éclaircissements, de s'affronter même verbalement surtout quand on est souvent victime des propos agressifs, méprisants. L'objectif est de conscientiser certaines personnes, notamment des politiciens qui se croient tout permis et au dessus de la loi. On peut conclure qu'une journaliste comme Onitiana Realy est une journaliste sûre d'elle, qui n'a pas peur de dénoncer ce qu'elle juge inadmissible et intolérable. Finissons le post par cette citation de Henry Maret "Critiquer une renommée comme celle Victor Hugo, c'est chercher des poux sur un lion"